Cours du 12 février 2018

12 mars 2018

Thème du cours : trois musiciens aquariens, Schubert, Mozart et Bach

Extrait : La musique est un merveilleux vecteur de méditation. Pour les chercheurs en spiritualité, le vecteur habituel c’est la lecture d’ouvrages plus ou moins ésotériques écrits par des sages ou des individus qui se font passer pour tels. On y attend des formules ou des révélations.

Mais on peut simplement s’asseoir dans un bon fauteuil et écouter quelques minutes ou quelques heures un morceau de musique de Bach, de Mozart, de Schubert. On part dans une méditation qui nous emmènera très, très loin.

Schubert nous communique le sentiment un peu amer du retour dans le passé. Dans ses dernières sonates, les plus douloureuses de sa courte vie, il nous invite à aller dans la mémoire retrouver une trace effacée ; non pas pour cultiver une nostalgie du passé, mais pour mieux nous comprendre et nous connaître. Le retour dans le passé est la meilleure façon de se comprendre et de se connaître.

Schubert nous fait voyager au pays de la mémoire. Il nous fait ainsi sentir combien il est difficile, voire impossible, de réaliser ce voyage en arrière. Les ponts sont effondrés. Ces ponts qui nous permettraient de mener des expéditions à la « recherche du temps perdu ». Un saboteur, à l’intérieur de nous, a miné ces ponts. Ce saboteur c’est le gardien du seuil.

Qu’est-ce qui nous permet de reconstruire ces ponts ? La méditation. Une leçon est à tirer de cela : la méditation est le moyen de raccorder les tronçons séparés du temps.

Rappelons-nous la question posée lors d’un précédent cours : comment les êtres qui sont dans un ashram, dans un temps différent du nôtre, voire hors du temps, peuvent-ils communiquer avec nous qui sommes prisonniers du temps ? La réponse était : par la méditation.

Il y a différentes nappes de temps et quelque chose qu’on appelle l’éternité. Platon a dit : « Le temps c’est l’image mobile de l’éternité. »

À travers toutes ces nappes de temps, il y a moyen de communiquer. C’est cela que permet la méditation. La musique de Schubert, la Recherche du temps perdu de Proust nous y invitent. La méditation rétablit la continuité de notre passé ; elle nous fait retrouver nos traces pour mieux nous connaître et nous situer dans le temps.

Image : Franz Schubert

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.