Cours du 2 octobre 2018

5 février 2019

Thème du cours : méditer sur les grands peintres

Nous avons déjà parlé de l’intérêt particulier qu’il y a à méditer sur les grands peintres. Chacun peut façonner sa porte d’entrée à la méditation, mais la peinture, la grande peinture évidemment, pas n’importe quelle croûte, a une place spéciale. La philosophe Simone Weil a dit : « Quand on médite longuement sur un tableau de premier ordre, notre méditation change de nature, c’est la grâce par laquelle le temps nous amène hors du temps ».

Un tableau du Lorrain est une porte d’entrée merveilleuse, avec son port, ses bateaux et sa grande lumière d’or pâle dans laquelle on s’engouffre, on s’immerge avec une folle envie de se retrouver sur ce port et de partir dans cette lumière.

Dans le tableau « Jeunes filles sur la jetée » d’Edvard Munch, des jeunes filles penchées sur l’eau sont en train de rêver en contemplant le reflet d’un paysage dans l’eau. Ces paysages, ces visages nous parlent et nous posent des questions. Tous ces tableaux nous parlent et nous invitent à entrer en méditation.

Une galerie de portraits, c’est une galerie de fenêtres ouvertes qui nous posent des questions. Tout ce que la vie a à nous apprendre peut se lire dans un portrait de Rembrandt. Les yeux nous fixent et on sent qu’ils ont des choses à nous dire, des secrets à nous apprendre. Pourquoi les personnages de Rembrandt brillent-ils dans une quasi- obscurité ? Il y a dans ces tableaux de la hauteur, en relation avec le monde supra naturel, le monde de l’Ame surplombante, la sur-Ame. Dans le tableau « Le Philosophe », on retrouve la hauteur dans l’escalier ou la fenêtre d’où provient un flot de lumière dorée et sur laquelle une croix apparaît. Il y a aussi de la profondeur, en relation avec le monde spirituel, le monde de l’Ame dans le corps, profondeur que l’on retrouve dans les ténèbres de l’escalier. On retrouve dans ces tableaux les quatre dimensions de l’Amour selon Saint Paul : la longueur et la largeur, fenêtres ouvertes sur le monde naturel, la profondeur en relation avec le monde spirituel et la hauteur en relation avec le monde surnaturel.

Le tableau est une fenêtre de tir extraordinaire pour la méditation.

Image : Autoportrait de Rembrandt avec béret et col droit, 1659

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.